• Une chaufferie qui envoie du bois

    De nos fenêtres de l’ESPE, une grosse cheminée colorée a attiré notre attention. Telle ne fut notre surprise lorsque nous avons découvert qu’elle était en partie reliée à une chaufferie bois. Mais comment fonctionne-t-elle ? Est-ce un employé qui passe sa journée à la remplir de bûchettes ? Une visite dans celle-ci a permis de lever le mystère …

    Nous sommes lundi 27 janvier 2014, il est 9 heures du matin et le thermomètre indique une température de 2°C. La visite de la chaufferie du plateau de la Justice d’Epinal s’annonce être une bonne idée pour réchauffer l’atmosphère. Mr Stéphane Janet, responsable et agent de COFELY (groupe GDF-SUEZ) nous accueille chaleureusement dans les locaux. Au vue de notre projet, ce qui a retenu notre attention est la partie biomasse. Nous avons découvert qu’il était possible de se chauffer avec une énergie renouvelable et naturelle telle que le bois, que ce soit dans des logements individuels et collectifs, ou des bâtiments publics comme les écoles ou les hôpitaux, sans avoir recours à la cheminée, à la bûchette et aux allumettes chez soi !

     

    Bon sang de bon bois, comment cela est-il possible ?

    Tout commence lors de la livraison des combustibles que sont les plaquettes forestières et le broyat de palettes, qui sont issus des alentours. Selon la période de l’année, cet approvisionnement est plus ou moins important, on compte jusqu’à 18 camions par semaine lors des hivers rudes. Après vérification de la qualité des matériaux, ils sont déposés dans le silo principal par un grappin pour alimenter la chaudière.

     

    Une chaufferie qui envoie du bois

    Le grappin qui alimente le silo

    Source : C. DIDIER

    Leur voyage se terminera dans la chaudière où ils seront brûlés pour créer de la chaleur. Le taux d’humidité est très important : plus il est élevé et moins le rendement sera bon, l’idéal étant un taux d’humidité de 35 %. Suivant les besoins, il est possible de réguler électroniquement la puissance de la chaufferie ou encore l’approvisionnement en combustibles. Les cendres sont transportées dans des tuyaux qui au contact de l’eau la réchauffe. Ces cendres sont ensuite récupérées dans un gros sac grâce à un système de filtres pour éviter les rejets polluants. L’eau chauffée, quant à elle, est redistribuée à tous les bâtiments reliés au réseau de chaleur de la ville d’Epinal, long de près de 20 kilomètres. Une fois que l’on s’est bien réchauffé les pieds, l’eau froide repart à la chaufferie pour de nouvelles aventures …

    Nous vous invitons à visionner une petite animation sur le fonctionnement d’une chaufferie en cliquant ici.

     

    Coralie DIDIER, Nicolas DISS, Cécilia LAMBERT


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :