• Un jour petit arbre deviendra grand, sois patient.

     Imaginez-moi grand et beau sapin (résineux) que vous croisez dans une forêt privée.  Pensez-vous que l’on a pris soin de moi ? Et durant combien d’années ? Que pensez-vous de moi ? De mon vécu de mon avenir ?

    Pour répondre à toutes vos questions je vais vous conter un peu ma vie.

     

    Je vais vous l’avouer à vous lecteurs ! Je n’ai pas toujours été aussi grand! Ah non, ne sois pas surpris petit humain, c’est bien vrai j’ai été aussi petit que toi ! J’ai vu le jour grâce à un homme très très patient, celui que l’on appelle chez vous le  sylviculteur. Cette homme durant toute sa vie a pris soin de moi et a donné de son temps, de son argent pour pouvoir me voir grandir. J’ai de la chance de l’avoir à mes côtés encore aujourd’hui car tous les sylviculteurs n’ont pas l’opportunité de voir leurs jeunes pousses devenir grandes. Pour en arriver où je suis aujourd’hui il m’a fallu des années ! La sylviculture c’est comme la pâtisserie, il faut bien suivre la recette pour aboutir aux résultats escomptés. Alors rien que pour vous lecteurs et uniquement pour vous, je vais vous donner la recette en espérant que la prochaine fois, vous me croiserez dans les bois  et vous poserez un autre regard sur moi…

    Un  jour petit arbre deviendra grand, sois patient.

     

    Schéma : Le traitement sylvicole exercé dans les forêts privées selon une pratique régulière.

    Etude de la parcelle : Bien connaitre le sol est indispensable. Plusieurs critères déterminent le choix des essences les mieux adaptées. – La présence ou non de calcaire par exemple.

    L’étude de l’environnement à son importance aussi. Il faut bien se renseigner sur les conditions climatiques locales.

    Nettoiement de la parcelle : La plantation ne peut être effectuée si la parcelle n’est pas propre. Parfois le lieu est un champ parfois une forêt. C’est en fonction du lieu, que la manière et les moyens employés vont être différents.

    Elle peut être mécanisée et fera intervenir dans ce cas des machines comme les tracteurs. Ou elle peut être manuelle avec des débroussailleuses. Car pour effectuer une plantation il est important d’éliminer toute végétation.

    Calcul de la densité de plantation : C’est une étape capitale. En effet c’est elle qui conditionne directement la production.

    Le choix des écartements de plantation dépend :

    • Du volume de terre utilisable

    • Des potentialités de la station

    • Et de l’objectif de production.

    La plantation : Le sylviculteur peut la réaliser de façon manuelle ou mécanisée.

    Le plus souvent ce sont deux sortes d’arbres qui sont plantés afin d’éviter un maximum la propagation de maladies. Cette méthode permet donc en cas de contamination de propager la maladie sur qu'une sorte d’arbre et non sur toute la plantation.

    1er dépressage : Dans les 5 à 7 premières années qui suivent la plantation, il faut réaliser ce que l’on nomme des éclaircies : le principe d'une éclaircie consiste à favoriser le développement de certains arbres qui présentent un intérêt, le plus souvent économique par élimination d'arbres proches. C’est la sélection des beaux bois, des bois d’avenir. Lors de la première éclaircie il faut faire en sorte que les arbres prennent en hauteur et pas en diamètre.

    Le bois que l’on enlève lors de la première éclaircie est un bois de perte car c’est un bois qui étant trop jeune n’est pas exploitable.

    2ème dépressage : La râperie : 5 à 7 ans plus tard il faut à nouveau faire une éclaircie c’est à ce moment que le bois va devenir rentable. En effet, cette étape est la première rentrée d’argent. Ce bois c’est la râpe, aussi appelé bois de trituration (bois qui va être broyé pour faire du papier).

    Première coupe d’amélioration : 5 à 7 ans après, toujours dans le but d’une éclaircie le sylviculteur va traiter les bois intéressants. Le bois que l’on enlève va pouvoir être traité dans les scieries. Il est appelé le bois d’œuvre.

    Les coupes d’améliorations peuvent être répétées 3 à 6 fois avant une coupe définitive des plus beaux arbres.

    Coupe définitive : arrive enfin 60 ans environ après la  plantation la coupe définitive des plus beaux arbres. Des plus gros bois.

    Abattage, façonnage des bois, ébranchage, arasement des nœuds.

     

    Mes dernières années se passeront au-dessus de vos têtes car mon plus bel avenir en tant que résineux est d’être un beau et fort bois de charpente. J’espère que mes confessions pourront changer votre regard la prochaine fois que vous verrez une charpente, du papier ou tout simplement un sapin.

     





  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :